Terrorisme : le vibrant hommage d'Emmanuel Macron à Michel Catalano

Source AFP
·1 min de lecture
Le chef de l'État a été particulièrement frappé par la manière dont le chef d'entreprise a protégé le jeune Lilian en taisant sa présence, malgré les questions insistantes des frères Kouachi, kalachnikov à la main.
Le chef de l'État a été particulièrement frappé par la manière dont le chef d'entreprise a protégé le jeune Lilian en taisant sa présence, malgré les questions insistantes des frères Kouachi, kalachnikov à la main.

« ?Nul ne sait dire ce qu'il aurait fait ce jour-là?. » Emmanuel Macron a salué le « ?courage extraordinaire? » de Michel Catalano, l'imprimeur pris en otage le 9 janvier 2015 par les frères Kouachi, à qui il a rendu visite jeudi 11 mars 2021 à l'occasion de la Journée nationale des victimes du terrorisme. Encore traumatisé par cette journée, l'imprimeur, un quinquagénaire calme et grave, a montré au président les traces de l'assaut des gendarmes qui ont abattu les deux assaillants, en cavale après avoir semé la mort à Charlie Hebdo deux jours plus tôt. Pour témoigner de cette violence, il a laissé intacte, sur le parking de son entreprise, une voiture criblée de balles qu'il veut donner au futur musée des victimes du terrorisme.

Accompagné de son épouse Brigitte, le chef de l'État a voulu rencontrer ce survivant des attentats de 2015 pour illustrer la deuxième Journée nationale des victimes du terrorisme, après avoir présidé dans la matinée une cérémonie aux Invalides. François Hollande était venu inaugurer son imprimerie reconstruite en 2016, comme en attestent des photos épinglées sur un panneau. Jeudi, c'était au tour d'Emmanuel Macron de l'entendre dire qu'il a toujours « la boule au ventre » en ouvrant la porte de son entreprise. L'imprimeur lui a montré une photo de l'équipe, trouée d'une balle, et la kitchenette où s'était caché son salarié Lilian Lepère, sous l'évier.

À LIRE AUSSIAttentats, crise sanitaire? Vit-on en « état d'urgence permanent » ?

Il [...] Lire la suite