Terrorisme: Tyler Vilus, "émir" de Daesh devant ses juges à Paris

C.M.
Tyler Vilus, le 25 juin 2020 à Paris. - BENOIT PEYRUCQ / AFP

Le procès du jihadiste français Tyler Vilus, qui a gravi les échelons au sein de Daesh jusqu'à devenir "émir", s'est ouvert jeudi devant les assises spéciales de Paris pour des crimes commis en Syrie entre 2013 et 2015.

Il a reconnu avoir été en contact avec Abdelhamid Abaaoud, le cerveau présumé des tueries du Bataclan et des terrasses parisiennes du 13 novembre 2015, mais a nié tout projet d'attaque en Europe - et n'a pas été mis en examen dans ce dossier.

C'est pour son appartenance à une entreprise terroriste, pour avoir dirigé un groupe de combattants et pour "meurtre aggravé" qu'il est renvoyé devant la justice française. Âgé aujourd'hui de 30 ans, il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

4 ans et demi à l'isolement

Fines courtes tresses et petite barbe, muscles moulés par un polo noir de marque, Tyler Vilus s'est installé les bras croisés dans le box des accusés, après avoir décliné son identité.

Peu avant l'audience, son avocat Louis-Romain Riché, qui réserve à la cour ses déclarations sur le fond du dossier, a tenu à rappeler "la présomption d'innocence" qui doit s'appliquer à son client "tant qu'il n'a pas été définitivement jugé".

Il a également dénoncé "le maintien à l'isolement pendant quatre ans et demi et jusqu'à aujourd'hui" de Tyler Vilus, en dépit de deux condamnations de l'État par le tribunal administratif pour le maintien de cette mesure injustifiée au regard de son comportement "très calme" émaillé d'"aucun incident" en détention.

La trajectoire ascendante de Tyler Vilus au sein de Daesh prend fin le 2 juillet 2015, quand il est arrêté à l'aéroport d'Istanbul muni d'un passeport suédois, puis expulsé vers la France.

L'accusé, qui a fréquenté toute la galaxie jihadiste francophone de Syrie, est une énorme prise pour la justice et les services antiterroristes français.

Apparition dans une vidéo de Daesh en 2015

Les enquêteurs ont décrit les multiples casquettes de Tyler Vilus: à la fois "recruteur", "combattant" et "membre de la police" de Daesh.

Il est soupçonné d'avoir été membre de la brigade "Al-Muhajireen" (des "immigrés"), un escadron responsable de tortures et d'exécutions sommaires, ce qu'il conteste. Et aussi d'avoir supervisé des exécutions, comme membre de la police religieuse dans la ville de Shaddadi, près de la frontière irakienne.

Il apparaît dans une vidéo diffusée en 2015 par le bureau médiatique de Daesh: deux prisonniers, l'un appartenant à l'Armée syrienne libre et l'autre aux troupes de Bachar Al-Assad, agenouillés et yeux bandés, sont exécutés d'une balle dans la tête. Visage découvert, Tyler Vilus se tient debout, à deux mètres des bourreaux. Le procès est prévu jusqu'au 3 juillet.

Article original publié sur BFMTV.com