Le terrorisme s’invite dans la campagne

Libération.fr

Deux hommes soupçonnés de préparer un attentat ont été interpellés mardi par la DGSI qui les traquait depuis plusieurs jours. Alertés la semaine dernière, certains candidats ont vu leurs meetings quadrillés par les forces de l’ordre.

Relativement absente des discours, la menace jihadiste ressurgit à cinq jours du premier tour. Mais autrement que par le débat d’idées. Mardi, entre 10 et 11 heures, deux hommes soupçonnés de préparer un attentat «dans les tout prochains jours», selon le ministre de l’Intérieur, Matthias Fekl, ont été interpellés par des policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), dans le 3e arrondissement de Marseille.

Le premier suspect, Mahiedine M., est né le 10 juillet 1987 à Croix (Nord). Son complice présumé, Clément B., 23 ans, est lui originaire d’Ermont, dans le Val-d’Oise. Les deux suspects, adeptes de l’idéologie jihadiste, se sont connus en 2015 en prison. Ils auraient ensuite séjourné dans l’appartement de Mahiedine M. à Roubaix. Connu des services de police, ce dernier a été incarcéré à la maison d’arrêt de Lille-Sequedin d’octobre 2013 à mai 2015 pour trafic de cannabis. A l’époque, les policiers avaient saisi 1,5 kilo de résine et 5 600 euros en petites coupures dans sa chambre. Clément B., converti à l’islam en 2007 au contact de Tchétchènes à Nice, a pour sa part été condamné pour détention et usage de faux documents administratifs.

«Loi du talion»

Dans le plus grand secret, les services spécialisés traquaient les suspects depuis deux bonnes semaines. Le 5 avril, la DGSI recueille des éléments laissant penser qu’un attentat est en préparation. Les agents s’arrêtent sur le profil de Mahiedine M., le plus âgé du binôme, à l’origine, la veille, de l’envoi d’une enveloppe au commissariat de Roubaix contenant entre autres sa carte d’identité et ces phrases : «Je vais bientôt me rendre […], laissez-moi tranquille, salut.» A ce moment-là, les policiers savent déjà que le trentenaire cherche à se procurer des armes. (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Sang-froid
Sécurité renforcée pour les derniers jours avant le vote
Les écoles hors contrat votent Fillon
Education : ce que proposent aussi les candidats
Public-privé : la guerre scolaire se prépare

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages