Terrorisme. Le numéro deux d'Al-Qaida assassiné en Iran par les services secrets israéliens

The New York Times (New York)
·2 min de lecture

Le New York Times révèle qu’en août dernier, l’un des terroristes les plus recherchés par les États-Unis a été abattu à Téhéran, sans doute par des agents israéliens. Cet homme, numéro deux d’Al-Qaida, était accusé par la justice américaine d’avoir orchestré deux attentats meurtriers contre des ambassades américaines en Afrique de l’Est.

L’homme qui était considéré comme le numéro deux d’Al-Qaida, Abou Mohammed al-Masri, a été abattu le 7 août dernier en Iran dans les rues de Téhéran, vraisemblablement par des agents israéliens pour le compte des États-Unis, révèle le New York Times.

Jusqu’à présent, ajoute le journal qui tient sa source des milieux du renseignement américain, “ni l’Iran, ni Al-Qaida, les États-Unis ou Israël n’ont confirmé officiellement l’assassinat.” Des rumeurs circulaient depuis un moment sur son décès, mais n’avaient jusque-là pas été confirmées.

Les sources du New York Times indiquent qu’ Abou Mohammed al-Masri se serait trouvé “sous la garde” de l’Iran depuis 2003, mais qu’il vivait en liberté dans un quartier de Téhéran depuis 2015. Le quotidien s’étonne d’apprendre que le terroriste ait pu résider en Iran, ce pays étant un ennemi d’Al-Qaida.

Tête pensante des attentats en Afrique de l’Est

L’assassinat du 7 août a été perpétré par des agents israéliens à la demande des États-Unis, sans que l’on sache exactement, poursuit le journal, quel rôle ceux-ci ont pu y jouer au moment des faits.

De son vrai nom Abdullah Ahmed Abdullah, l’homme comptait parmi les terroristes les plus recherchés par les États-Unis. Il était accusé d’avoir orchestré deux attentats à la bombe contre des ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie en 1998.

Il a été tué le jour même de l’anniversaire, le 7 août, de ces explosions qui avaient coûté la vie à 224 personnes et en avaient blessé des centaines d’autres, à Dar es-

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :