Terrorisme : faut-il une législation d'exception ?

Après chaque attentat terroriste, certains politiques ont un réflexe : en appeler à durcir nos lois. La France est devenue une cible prioritaire, mais le terrorisme a changé de nature et frappe n'importe où. Il est plus individuel, et difficilement repérable. Alors, faut-il une législation d'exception ? Pour Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, notre arsenal législatif n'est pas suffisant. "Je propose, une fois que la peine est purgée, des mesures de protection de la société et que ces personnes, en fonction de leur dangerosité, puissent être placées dans ce qu'on appelle une rétention sureté". Mieux repérer les profils à risques Les lois françaises antiterroristes sont des lois d'exception. Une trentaine au total ont été édictées depuis 1986. Mais nos outils de lutte antiterroriste peuvent-ils être améliorés ? Pour Béatrice Brugère, ancienne juge antiterroriste, pas besoin de loi supplémentaire : il faut surtout mieux repérer les profils à risques : "Ce terreau a lui-même beaucoup avancé, dans le milieu associatif, culturel, éducatif, sportif, où là il y a un gros travail de propagande pour recruter en masse sur notre territoire".