Terrorisme: Dupond-Moretti répond aux critiques de l'opposition

Hugo Septier
·1 min de lecture
Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti le 15 septembre 2020 à l'Assemblée nationale - MARTIN BUREAU © 2019 AFP
Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti le 15 septembre 2020 à l'Assemblée nationale - MARTIN BUREAU © 2019 AFP

Depuis plusieurs jours et les différentes attaques qui ont touché la France, le gouvernement est pointé du doigt par l’opposition. Des Républicains au Rassemblement national, tous ont dénoncé une forme de laxisme et demandé à ce que le droit aille plus loin, afin d’éviter que ces agressions ne se reproduisent sur le sol français.

A ces critiques, le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, souligne dans les colonnes du Figaro qu’au cours de cette mandature, "le gouvernement n’a cessé de renforcer les outils comme ceux du renseignement policier et pénitentiaire, qui fonctionnent très bien." Dans son argumentaire, ce dernier souligne également que des individus avaient été expulsés des mosquées fermées, des associations dissoutes.

Démagogie et inconséquence

De plus, Éric Dupont-Moretti a également critiqué les propositions émanant de l’opposition. Selon lui, ces dernières sont "marquées par la démagogie et l’inconséquence, là où je pensais qu’il y aurait unité nationale."

"L’inconséquence consiste à proposer des modifications de notre droit en sachant pertinemment qu’elles sont soit juridiquement impossibles, soit inefficaces, soit déjà mises en place. Je ne vois pas en quoi inscrire la laïcité dans la Constitution est un outil de lutte efficace contre le terrorisme."

En guise de conclusion, le ministre rappelle qu’une "justice spécialisée pour le terrorisme et une chaîne pénale qui bénéficie d’un cadre procédural dérogatoire avec un parquet national qui lui est dédié" existe déjà bel et bien.

Article original publié sur BFMTV.com