Terrorisme : en quoi consiste le plan "urgence attentat" ?

Le présence policière s'est renforcée devant les églises. Sept agents patrouillent en permanence devant la cathédrale d'Amiens (Somme), devenue ultra-sensible depuis l'attentat de Nice (Alpes-Maritimes), perpétré jeudi 29 octobre. "On a renforcé notre présence sur la voie publique autour des lieux de culte, de toute confessions. Sur les offices particulièrement, en présence statique avec un armement renforcé et une vérification autour du bâtiment", explique la commissaire Agathe Foucault. Mobiliser des patrouilles en renfort Le plan "urgence attentat", niveau le plus élevé du plan Vigipirate, permet de mobiliser des patrouilles en renfort. Il a été déclenché jeudi 29 octobre. Conséquence immédiate : le nombre de militaires engagés dans l'opération Sentinelle passe de 3 000 à 7 000 soldats. Le plan d'urgence est mis en place sur l'ensemble du territoire, sur une durée limitée. Il permet de diffuser des messages d'alertes, par SMS ou à la télévision pour protéger la population.