Terrorisme. Attaque de Kouré : un message adressé à la France ?

Le Pays (Ouagadougou)
·2 min de lecture

Emmanuel Macron a tenu un conseil de défense ce mardi 11 août et promis de renforcer la sécurité des Français au Sahel. Cet éditorialiste burkinabé, qui s’interroge sur les motivations des terroristes qui ont assassiné six Français et deux Nigériens le 9 août au Niger, espère que la France aura “une réponse musclée”.

L’attaque de Kouré au Niger qui a coûté la vie à six touristes français et leurs deux compagnons d’infortune nigériens, le 9 août, dans une barbarie d’une rare cruauté, n’a pas fini de livrer ses secrets. Le chef suprême des armées françaises, Emmanuel Macron, est monté au créneau pour dénoncer l’acte en affichant une détermination à toute épreuve et promettant de tout mettre en œuvre pour en élucider les circonstances.

Dans la recherche des éléments devant permettre de remonter éventuellement aux responsables de cet acte “lâche et barbare”, pour reprendre les propos du président nigérien, Mahamadou Issoufou, se tient, ce mardi 11 août à l’Élysée, un conseil de défense autour du président Français. Un chef de guerre piqué au vif dans son amour-propre et décidé à donner la réplique pour ne surtout pas laisser impunie la mort violente de ses compatriotes.

Un message pour Paris ?

Mais l’heure est encore aux questionnements. En effet, parmi les groupes terroristes opérant au Sahel, qui donc en est responsable ? Pourquoi avoir choisi de massacrer aussi sauvagement des touristes au lieu d’en faire par exemple des otages qui auraient pu être des monnaies d’échange ou de rançon ? Et pourquoi cette attaque intervient-elle à quelques encablures de la capitale nigérienne, dans une région qui n’avait jamais connu de tels actes de violence ? Est-ce un message politique à l’endroit de Niamey et de Paris ?

À lire aussi: Vu de Guinée. Au Sahel, la France doit cesser d’être optimiste

Est-ce une tactique de guerre visant à pousser la France et le G5 Sahel [coalition militaire réunissant le Niger, le Mali, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Tchad] à retirer les troupes coalisées et la force

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :