Terrorisme : "Après chaque attentat, il est proposé de modifier la loi. Appliquons plutôt le droit existant"

·1 min de lecture

La tribune : "La proposition du vice-président des Républicains de rétablir une Cour de sûreté est une figure classique des réflexes adoptés par les responsables politiques face à la menace terroriste. Des attentats visant Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher en 2015 à l'assassinat d'une fonctionnaire de police à Rambouillet il y a quelques jours, chaque drame est suivi de propositions visant à modifier le droit existant. Voire à le révolutionner, en supprimant la possibilité de faire appel dans le cas de celle de Guillaume Peltier. L'exécutif a lui-même présenté un projet de loi 'relatif à la prévention d'actes de terrorisme et au renseignement'. Mais il faut le constater : ces propositions ne s'attaquent quasiment jamais à l'amont de la menace.

Or, au-delà de simples mesures immédiates se cantonnant aux services de police ou aux flux migratoires, la maîtrise du risque terroriste ne peut passer que par des réformes profondes susceptibles de briser le processus de radicalisation. Le terrorisme est essentiellement une menace endogène : 22 des 31 derniers terroristes qui ont tué sur le sol national étaient français. Entre autres similitudes socioculturelles, leurs trajectoires font souvent apparaître un parcours scolaire chaotique, permettant au religieux de s'imposer avec force à des individus en quête de sens. Autre élément clé : qu'ils aient par le passé été condamnés ou non, les terroristes qui frappent le pays ont auparavant versé dans la délinquance. Un meilleur traitement d...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles