Territoires palestiniens : un Noël morose en perspective à Bethléem

·2 min de lecture

Cette année, la ville de Noël par excellence n’a pas son charme habituel. À Bethléem, là où serait né le Christ il y a plus de 2000 ans selon la tradition chrétienne, les célébrations se feront sans pèlerins, sans touristes et sans les officiels.

De notre envoyée spéciale à Bethléem, Alice Froussard

La messe de minuit à laquelle viennent d’habitude assister des milliers de croyants du monde entier sera à huis-clos, et retransmise sur Internet. L’Autorité palestinienne a imposé un confinement et réduit les célébrations au strict minimum. Et la ville, qui vit principalement du tourisme, peine à raviver l’esprit festif de cette période à cause de la crise économique.

L’immense sapin est là, au milieu de la place de la Mangeoire, mais les petites ruelles de Bethléem sont vides. La plupart des magasins de souvenirs ont baissé le rideau et les commerçants désespèrent de n’avoir rien vendu depuis neuf mois.

« Ce Noël est vraiment triste »

Jack Giacaman est le gérant d’une boutique de crèche en bois d’olivier. Il ne peut que constater que « Bethléem est une ville touristique, c’est une petite ville entourée du mur. Toutes les terres agricoles sont de l’autre côté de ce mur, et il n’y a pas d’industrie à Bethléem, juste le tourisme. Ce Noël est vraiment triste. Il n’y a pas de touristes, pas même des locaux qui viennent visiter la ville. D'habitude, de nombreux Palestiniens viennent, et on ne trouve pas de place pour manger au restaurant à cette période : tout le monde est complet. Mais cette année, tout est vide ! »

La Basilique de la Nativité, là où serait né Jésus, est déserte. Même la fameuse messe de Noël n’aura pas la même saveur. « La nuit du 24 décembre, il y aura énormément de restrictions.Il n'y aura que les prières avec les prêtres, pas d’invitation pour le public. Même l’Autorité Palestinienne ne viendra pas à la messe », explique Rami Asakrieh, père de la paroisse de Bethléem. Une manière, ajoute-t-il, de se concentrer sur l’essentiel, et la signification de Noël.

► À lire aussi : Coronavirus: en Cisjordanie, Bethléem bouclée et le tourisme à l'arrêt