En Terre ferme (Ushuaïa TV) Fanny : "Le moment est venu de se réancrer"

Dans ce magazine dédié à l’environnement, vous avez un leitmotiv : « Il ne faut pas avoir peur du changement ni d’être heureux. » Qu’est-ce qui vous a poussée à changer de vie ?

Fanny Agostini : J’ai grandi en Auvergne, c’est donc plus un retour aux sources qu’autre chose… Malgré tout, je vivais à Paris depuis dix ans, et j’avais une assise professionnelle (BFM TV, France 3, ndlr). Pareil pour mon mari, qui était alors directeur de GoodPlanet, la fondation de Yann Arthus-Bertrand. Mes amis et d’autres raisons pouvaient m’inciter à rester confortablement là-bas. Mais il y avait un sentiment de manque, sachant que le béton laisse difficilement passer les énergies de la terre. Le moment était venu de se réancrer.

Quand, précisément, avez-vous eu le déclic ?

Il y a deux ans, lors de notre voyage de noces au Canada. Nous avons séjourné dans une ferme en woofing, c’est-à-dire que nous étions hébergés et nourris en échange d’une contribution aux travaux de la ferme. Les propriétaires avaient, eux aussi, effectué une transition très forte, après avoir travaillé dans la finance et le marketing. Ils ont fini de nous convaincre, positivement…

À lire également

EXCLU - Fanny Agostini : “J’arrête Thalassa”

Pourquoi ne tournez-vous pas d... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi