Comment la Terre communique-t-elle avec la Station spatiale ?

·2 min de lecture

Deux systèmes principaux permettent d'assurer les communications entre la Terre et l'SS que Thomas Pesquet va rejoindre le 22 avril.

Elle file à toute allure dans le ciel : la Station spatiale internationale se déplace à près de 28.000 km/h à 400 kilomètres au-dessus de nos têtes. Difficile, donc, de maintenir une liaison stable avec elle depuis le sol et de garder contact avec Thomas Pesquet, . Pour y parvenir, ce sont des satellites qui sont mobilisés.

Le Space Network

La Nasa entretient un réseau de satellites placés en orbite géosynchrone (à 36.000 km d'altitude) nommé TRDS (Tracking and Data Relay Satellites) et géré par le Centre spatial de vol de Goddard. Actuellement composé de dix unités, ce réseau est chargé de relayer les données et communications de tous les autres engins spatiaux situés en orbite basse, entre 73 et 3000 km d'altitude. La Station spatiale internationale, comme le télescope Hubble, font donc partie de son champ de responsabilité. Elle est en lien constant avec un de ces satellites qui répercute ensuite ses messages vers la Terre, qui sont après réceptionnés, selon sa position, par le complexe de White Sands au Nouveau Mexique ou par le terminal de Guam, dans le Pacifique. Une fois traités, les signaux sont ensuite distribués au Centre de contrôle de mission Johnson, à Houston.

Mis en œuvre pour la première en 1983, le Space Network est extrêmement fiable. Il peut couvrir 100% des trajectoires des vaisseaux et plateformes qu'il surveille avec un taux de fonctionnement moyen de 99,5% mais qui est le plus souvent de 99,9%. Il est régulièrement entretenu : le dernier satellite du réseau a été lancé en 2017 et les stations au sol ont récemment été mises à jour avec de nouveaux logiciels.

Le réseau d'urgence

La Nasa dispose également de station VHF au sol qui fournissent des communications audio bidirectionnelles et transmettent sur deux fréquences, VHF1 et VHF2. Le VHF1 est utilisé pour les communications d'urgence avec la Station spatiale internationale tandis que le VHF2 communique avec les vaisseaux Russes Soyouz. La Russie exploite également un réseau VHF indépendamme[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi