Tentative d'assassinat par des agents de la DGSE : le profil surprenant du commanditaire présumé

France 2
·1 min de lecture

Dans un quartier paisible de Créteil (Val-de-Marne) en juillet 2020, un riverain venu déposer son fils à la crèche s'est retrouvé sans le savoir au cœur d’un roman d’espionnage. Apercevant une voiture avec des individus dont le comportement paraissait étrange à l'intérieur, celui-ci a décidé d’appeler la police. Sur place, les policiers ont alors découvert que la voiture était équipée d’une fausse plaque d’immatriculation. Sur les suspects ont été retrouvés deux couteaux de l’armée française et un pistolet 9mm, chargé.

Le commanditaire présumé identifié après six mois d'enquête

En garde à vue, les deux hommes ont fait un aveu troublant : militaires, ils ont affirmé appartenir aux services secrets français. Les enquêteurs leur ont alors demandé qui était leur supérieurs, ce à quoi ils ont répondu qu’il s’agissait de la DGSE. Leur mission selon eux : assassiner une femme qui travaillerait pour le Mossad, les services secrets israéliens. La cible était surveillée depuis des semaines. Ils avaient placé une balise GPS sous sa voiture.

Mais celle qui a échappé de peu à la mort, Marie-Hélène Dini, 54 ans, s'est avérée être... coach en entreprise, et n’a pas le moindre lien avec le Mossad. Sous le choc, elle a depuis quitté la région parisienne. Après six mois d'enquête, les enquêteurs ont fini par identifier le commanditaire présumé : un autre coach en entreprise, concurrent de Marie-Hélène Dini. Les suspects sont en détention, la DGSE évoque pour sa part des électrons libres.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi