Une tentative d’attaque grâce à un drone contre une centrale électrique aux Etats-Unis

·2 min de lecture

Une lettre d’information de la sécurité intérieure américaine révèle qu’un quadricoptère a été utilisé pour endommager une centrale électrique de Pennsylvanie. L'opération a raté mais c'est la première du genre à être documentée.

Des drones survolant des , des drones perturbant . Et maintenant, des drones qui tombent sur des centrales électriques. Non pas par accident mais par volonté de nuire et de provoquer des dégâts. C’est ce qui est arrivé en Pennsylvanie, aux Etats-Unis, le 16 juillet 2020. En l’occurrence, le drone a raté sa cible et s'est écrasé sans dommage collatéral ni victime.

L’événement est rapporté dans le Joint Intelligence Bulletin daté du 28 octobre 2021, une lettre d’information commune au Département de la sécurité intérieure, au FBI et au Centre national de contre-terrorisme. La nouvelle a été révélée le 5 novembre par la division information de la chaîne ABC, qui s’est procurée le document.

Les faits relatés sont succincts, les enquêteurs ayant éliminé les détails permettant d’identifier l'installation visée et sa localisation. Mais le récit est assez limpide, avec un début de reconstitution des événements. Ainsi, un drone quadricoptère DJI Mavic 2 a été retrouvé sur le toit d’un bâtiment de la centrale en question. Un câble de cuivre était accroché par chacune de ses extrémités à deux cordes de nylon elles-mêmes reliées aux bras de deux rotors.

Une identification impossible des opérateurs

Le câble pendait donc du rotor en vol, ce qui fait supposer aux enquêteurs que l'engin était destiné à s’abattre sur les installations électriques pour provoquer un court circuit avec le bout de métal, abîmer les transformateurs et perturber l’alimentation en électricité.

Preuve supplémentaire de l’intention néfaste, tout ce qui aurait permis d’identifier le drone, et donc d’éventuellement remonter à ses pilotes, a été retiré : références inscrites sur la machine, carte mémoire et caméra embarquée par défaut. L’appareil aurait justement raté sa cible parce qu’il n’avait plus sa caméra. Les opérateurs ont dû le guider de loin, à l’oeil nu, et non plus via un retour visuel - sur un smartphone ou une tablette - de la cellule optique donnant le point de vue du drone. Ils auraient mal éval[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles