Tensions. Erdogan à Chypre-Nord, une visite qui provoque la colère

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Ce dimanche 15 novembre, le président turc prévoit un “pique-nique” dans la ville chypriote de Varosha, une station balnéaire abandonnée depuis l’arrivée des troupes turques sur l’île en 1974. Une nouvelle provocation d’Ankara qui exaspère la presse grecque et chypriote.

Au moment où le navire d’exploration turc l’Oruc Reis continue ses activités de recherche et de forage près des îles grecques de la mer d’Egée, la visite du président turc dans la ville abandonnée de Varosha, à Chypre, est vécue dans le monde hellénique comme une nouvelle provocation après une rentrée placée sous le signe d’un regain de tensions entre Athènes, Nicosie et Ankara. “Il ne manquait plus qu’un pique-nique à Varosha”, clame Phileleftheros.

Le quotidien chypriote s’étonne du manque de réactions internationales après l’annonce du président turc, qui compte s’y rendre dimanche avec le nouveau dirigeant de Chypre-Nord, Ersin Tatar. “Alors que les Chypriotes-Grecs — qui y ont laissé leurs biens — sont interdits d’accès”, ajoute le journal. Rouverte le mois dernier par Tatar, Varosha est restée en l’état depuis l’invasion de la partie nord de l’île par l’armée turque en 1974.

À lire aussi: Vu de Grèce. Avec la Turquie, il fait savoir manier la carotte et le bâton

Officiellement, Recep Tayyip Erdogan s’y rend pour célébrer le 37e anniversaire de la naissance de la République turque de Chypre du Nord, reconnue uniquement par la Turquie. Mais il s’agit, accuse le quotidien grec Ta Nea, “de

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :