Tensions entre la Turquie et la France : Erdogan veut "susciter une vague de nationalisme dans son pays", selon Frédéric Encel, maître de conférences à Sciences Po

franceinfo
·1 min de lecture

Après plusieurs jours de tensions diplomatiques entre Paris et Ankara, le président turc a officiellement appelé ses compatriotes à boycotter les produits français. Pour le maître de conférences à Sciences Po Paris, Frédéric Encel, invité de franceinfo lundi 26 octobre, il s'agit d'un nouveau pallier franchi, "s'il devait y en avoir un autre, ce serait la guerre", estime-t-il. Pour autant, cet appel au boycott ne risque pas d'être suivi par d'autres Etats musulmans, selon Frédéric Encel qui estime que la Turquie s'expose à de lourdes sanctions et "une véritable catastrophe" économique et commerciale.

Est-ce que ce boycott clairement exprimé par Recep Tayyip Erdogan est le signe qu'un nouveau pallier a été franchi ?

Frédéric Encel. Absolument, et je pense que c'est le dernier, parce que s'il devait y en avoir un autre, ce serait la guerre. Mais il n'y en aura pas d'autre, il n'y aura pas la guerre. Erdogan le sait très bien, lui qui a replié ses navires de combat lorsqu'un navire français est venu en quelque sorte secourir la Grèce et Chypre quand leurs eaux territoriales ont été bafouées par la Turquie. Je pense que Recep Tayyip Erdogan la joue à la fois sultan et calife. Sa stratégie est de chercher l'ennemi extérieur et de le vilipender de manière extraordinairement violente pour susciter une vague du nationalisme dans son pays.

Ce (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi