Tensions entre policiers et juges: Hollande appelle à "éviter les polémiques et les surenchères"

·1 min de lecture
L'ancien chef de l'État François Hollande le 27 mai 2021 à Montpellier. - BFMTV
L'ancien chef de l'État François Hollande le 27 mai 2021 à Montpellier. - BFMTV

Nouvel appel à l'apaisement. François Hollande s'est brièvement exprimé ce jeudi sur les tensions actuelles entre les syndicats de policiers et les magistrats.

"En matière de sécurité, il faut éviter les polémiques, éviter les surenchères", a déclaré l'ex-président de la République depuis Montpellier.

Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti, présent ce jeudi au ministère de l'Intérieur à l'occasion du Beauvau de la Sécurité, a dénoncé "des débordements" au cours du rassemblement policier qui s'est tenu le 19 mai dernier devant l'Assemblée nationale à Paris. Une manifestation au cours de laquelle le syndicat de policiers Alliance s'en était notamment pris à l'institution judiciaire, accusée de laxisme envers les agresseurs des forces de l'ordre.

"Il faut apporter son soutien aux forces de l'ordre"

L'ancien chef de l'État appelle, pour sa part, à agir "à tous les niveaux", tant sur les moyens humains et matériels alloués aux forces de l'ordre que sur les déclarations de soutien adressées à ces derniers.

"Moi j'avais contribué à créer 10.000 postes de policiers quand mon prédécesseur en avait supprimé 13.000", a souligné François Hollande en se permettant une petite pique amère à l'encontre de Nicolas Sarkozy. "Il faut apporter son soutien aux forces de l'ordre parce que je sais ce qu'on leur demande. Moi-même pour avoir donné l'ordre à des groupes d'intervention d'agir contre le terrorisme et prendre des risques considérables, je sais ce qu'on leur doit", a-t-il conclu.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles