Les tensions entre Paris et Ankara agitent la communauté turque de Goussainville

franceinfo
·1 min de lecture

Dans un café du centre-ville de Goussainville, dans le Val-d'Oise, Rajeb est accoudé au comptoir. Ce jeune franco-turc jette un regard distrait sur la télévision, où on raconte la montée des tensions entre Paris et Ankara. "Que ce soit de la provocation ou pas, ce sont deux personnes au pouvoir, deux personnes qui se réunissent et qui règlent ça entre eux. Nous, on a rien à voir là-dedans, estime-t-il. Les propos d'Erdogan, ça ne regarde que lui. Il a les siens, moi, j'ai les miens."

"Notre prophète, c'est sacré pour nous"

Les propos du président turc, en l'occurrence, questionnaient la santé mentale d'Emmanuel Macron, qui défend la liberté d'expression et y compris celle de caricaturer le prophète Mahomet. Ercan soutient la position de Recep Tayyip Erdogan : "Il faut bien que quelqu'un lui réponde !, s'exclame-t-il. Monsieur Recep Tayyip Erdogan le fait très bien, peut-être que ce n'est pas la forme adéquate, mais Emmanuel Macron est parti un peu fort, je pense. Notre prophète, c'est sacré pour nous. L'assassinat de l'enseignant [Samuel Paty, décapité dans les Yvelines, ndlr], nous, on est contre tout ça. C'est vrai qu'on est dans un pays laïque."

On est dans le pays des droits de l'homme. On a droit de faire ce qu'on veut, ok. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi