Tensions entre Berlin et Ankara autour du traitement des journalistes en Turquie

Le consul d’Allemagne à Istanbul, Georg Birgelen, a pour la première fois été autorisé à rendre visite à Deniz Yücel, le correspondant du quotidien Die Welt en Turquie.

Le journaliste germano-turc est accusé de “propagande terroriste et incitation à la haine” et il est emprisonné à l’isolement depuis le 14 février. Jusqu‘à présent, il n’avait vu personne d’autre que son avocat.

Le secrétaire d‘État allemand chargé des Affaires étrangères, Michael Roth, estime que Deniz Yücel est un cas emblématique.

Michael Roth : “J’insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas seulement de ce cas, même si le cas de Deniz Yücel revêt pour l’Allemagne une importance particulière. Il s’agit de manière générale de la situation des journalistes en Turquie.”

Ce mardi des procureurs turcs ont réclamé de lourdes peines d’emprisonnement à l’encontre de 19 collaborateurs du journal Cumhuriyet.

Les journalistes, dont l’ancien rédacteur en chef du journal Can Dündar, sont eux aussi accusés de “propagande terroriste et d’incitation à la haine”.

Ils risquent entre 7 et 43 années de prison.

La Turquie est au 151e rang du classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters Sans Frontière, juste derrière le Tadjikistan.

Selon l’Association des journalistes de Turquie, 105 journalistes ont été placés en détention provisoire depuis la tentative de coup d‘État du 15 juillet.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages