Tensions. Au Liban, la “comédie” des élections syriennes perçue comme une provocation

·1 min de lecture

L’afflux massif de Syriens à l’ambassade de Syrie au Liban, venus voter pour le président syrien Bachar El-Assad, a créé des tensions dans les régions chrétiennes hostiles au régime de Damas, où le ressentiment est encore vivace.

”Assad réveille les vieilles tensions au Liban”, titre le journal libanais L’Orient-Le Jour au lendemain d’une journée de vote pour les Syriens vivant dans le petit pays voisin qui se sont “rués” dans leur ambassade pour participer à la “farce” de l’élection présidentielle, dont le résultat en faveur de Bachar El-Assad est joué d’avance.

L’afflux de ces ressortissants syriens, brandissant des drapeaux syriens et des portraits de celui qui “incarne toujours, aux yeux de nombreux Libanais, un bourreau tant de son peuple que de celui du pays du Cèdre”, a été perçu comme des “scènes provocatrices”, notamment dans des régions chrétiennes hostiles au régime syrien, remuant le couteau “dans des plaies profondes non encore guéries”, explique le quotidien francophone dans un autre article.

Des convois d’électeurs syriens ont été pris pour cible. Certains d’entre eux ont même été blessés lors d’une rixe avec des partisans des forces libanaises dans un quartier chrétien de Beyrouth.

Après la fin de la guerre civile (1975-1990), le Liban a été sous tutelle de la Syrie jusqu’en avril 2005, date du départ des dernières troupes syriennes après le déclenchement de la “révolution du Cèdre” lancée après l’assassinat de l’ex-Premier ministre Rafic Hariri deux mois plus tôt.

À lire aussi: Migration. Réfugiés au Liban, ils tentent de gagner Chypre par la mer pour fuir la crise

Comédie surjouée

Mais le régime Assad, tout comme la question de la

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles