Publicité

Tensions à la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, quatre soldats arméniens tués

L'Arménie a annoncé mardi la mort de quatre de ses soldats, tués par des tirs azerbaïdjanais à la frontière entre les deux pays du Caucase. C'est le premier incident mortel depuis la reprise des pourparlers à l'automne entre Erevan et Bakou pour tenter de normaliser les relations entre les deux anciennes Républiques soviétiques.

La hache de guerre n'est pas encore enterrée entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Les deux pays se sont accusés mutuellement mardi 13 février d'avoir procédé à des tirs à la frontière, un incident qui a fait au moins quatre morts parmi les soldats arméniens selon Erevan.

Mardi matin, "les tirs des forces armées azerbaïdjanaises en direction des positions de combat arméniennes près de Nerkin Hand (dans le sud-est de l'Arménie, NDLR) ont fait quatre morts au combat et un blessé du côté arménien", a indiqué le ministère arménien de la Défense dans un communiqué. Un précédent bilan donné par Erevan faisait état de deux militaires tués dans cet accrochage frontalier.

De son côté, le Service azerbaïdjanais des gardes-frontières a affirmé que l'armée azerbaïdjanaise avait mené une "opération de vengeance" en réponse à une "provocation" des forces arméniennes commise lundi soir selon Bakou et ayant blessé un soldat azerbaïdjanais.

Le Kremlin appelle "à la retenue"

Selon un communiqué du ministère azerbaïdjanais de la Défense, les forces arméniennes ont tiré à deux reprises lundi soir sur ses positions "en direction du village de Kokhanabi, dans la région de Tovouz" (nord-ouest de l'Azerbaïdjan).

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Réfugiés du Haut-Karabakh : le douloureux exil en Arménie
Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian propose un pacte de non-agression à l'Azerbaïdjan
Le dirigeant séparatiste du Haut-Karabakh annule la dissolution de la République autoproclamée