Tension entre la RDC et le Rwanda: Kigali rejette les accusations de Kinshasa

Le Rwanda a profité du sommet de l’Union africaine pour rejeter les accusations de soutien aux rebelles du M23. Des accusations portées par le gouvernement congolais ces derniers jours. À Malabo, le ministre des Affaires étrangères rwandais Vincent Biruta a parlé « d’accusations sans fondement » et accusé son voisin de soutenir un autre groupe rebelle, les FDLR.

Avec notre correspondante à Kigali, Laure Broulard

Vincent Biruta a dénoncé une collusion vieille de près de trente ans entre l’armée congolaise et les FDLR, un groupe rebelle composé de réfugiés hutus rwandais partis au Congo après le génocide des Tutsis. Un mouvement toujours considéré comme génocidaire par Kigali et qui représente aujourd’hui, selon Vincent Biruta, une menace pour le Rwanda.

D’après Kigali, les FARDC combattent même actuellement aux côtés des FDLR dans l’est du Congo. Sur la question du M23, c’est un problème strictement congolais a assuré le ministre tout en accusant Kinshasa de ne pas négocier de manière équitable avec tous les groupes armés dans le cadre du processus de paix de Nairobi. La branche du M23 dirigée par Sultani Makenga et Bertrand Bisimwa qui a récemment repris les armes avait été écartée des discussions en avril.

Pour Kigali, c'est un problème entre congolais


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles