Tennis: la Tunisienne Jabeur s'incline en finale de Wimbledon contre la Kazakhe Rybakina

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
REUTERS - MATTHEW CHILDS
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En finale du tournoi de Wimbledon, samedi 9 juillet face à la Kazakhe Elena Rybakina, Ons Jabeur s'est inclinée en trois sets (6-3, 2-6, 2-6). À 27 ans, la numéro 2 mondiale tunisienne échoue dans sa première tentative en Grand Chelem.

Il y a un peu plus d'un an, alors qu'elle affichait d'excellents progrès sur le circuit, Ons Jabeur prévenait : elle visait le Top 10 du tennis mondial et des titres en Grand Chelem. Des paroles aux actes, il y a un grand pas qu'elle n'a pas encore totalement franchi. Certes, elle est entrée dans le Top 10 à l'automne dernier, et elle pointe au deuxième rang mondial depuis quelques jours. Mais Wimbledon s'est refusé à la tenniswoman.

Donnée favorite de la finale disputée sur le gazon londonien, samedi 9 juillet, Ons Jabeur a d'abord assumé son statut. Elena Rybakina, l'autre finaliste, était un peu l'invitée surprise. Elle n'avait jamais fait mieux qu'un quart de finale en Grand Chelem avant ce Wimbledon 2022, et elle-même avait avoué qu'elle ne « s'attendait pas à parvenir en deuxième semaine » et donc encore moins en finale.

Un premier set idéal avant les complications

D'entrée de match, la Kazakhe d'origine russe a subi la puissance, la précision et la polyvalence de la Tunisienne. Sûre d'elle, en contrôle et en confiance, Ons Jabeur a dicté le rythme dans un premier set à sens unique. Et sur un dernier jeu exemplaire, elle a conclu la première manche en l'espace d'une grosse demi-heure.

Bousculée, Rybakina s'est réveillée dès le début de la seconde manche et a pris le service de Jabeur. Enfin dans son match, la Kazakhe a proposé un tennis de meilleure qualité, tandis qu'en face, la Tunisienne commettait plus d'erreurs. Le bras de fer du quatrième jeu, remporté difficilement par Rybakina, a marqué un tournant. Jabeur a de nouveau perdu son service derrière, et le gain du deuxième set a filé à son adversaire peu après.

Première tentative manquée pour Jabeur en Grand Chelem

Le début du troisième set s'est inscrit dans le prolongement du deuxième. Ons Jabeur, très agacée par ses propres défaillances, a encore cédé son service dès le premier jeu, s'obligeant dès lors à courir après Elena Rybakina. Cette dernière a commis nombre d'erreurs directes, mais celle que les Tunisiens ont surnommé la « Ministre du Bonheur » n'a su en profiter.

Dos au mur à 3-2 contre elle et service pour la Kazakhe, Jabeur a eu trois balles de débreak. Mais là encore, Rybakina a répondu présente dans cet instant crucial et a conservé son break d'avance. Dans le jeu suivant, la Kazakhe a confirmé en breakant à nouveau, avant d'aller chercher un titre qui ne pouvait plus lui échapper.

Si Elena Rybakina a affiché une joie mesurée après la balle de match, Ons Jabeur, elle, est apparue touchée au bord du court. Son rêve de devenir la première tenniswoman africaine à remporter un tournoi du Grand Chelem s'est brisé. Après cette première tentative ratée, elle va devoir trouver les ressources pour rebondir et, pourquoi pas, atteindre son objectif en septembre à l'US Open.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles