Tennis : l'exemption de Novak Djokovic est un scandale !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© Adrian DENNIS / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Novak Djoković
    Novak Djoković
    Joueur de tennis serbe

Novak Djokovic va bien participer à l’Open d’Australie de tennis . Le numéro 1 mondial a annoncé qu’il bénéficiait d’une exemption médicale. Cela signifie qu’il n’est pas vacciné, comme c’est normalement obligatoire pour le tournoi, mais qu’il a obtenu une dérogation. Le joueur devra donc expliquer les raisons de cette exemption. L'éditorialiste sport d'Europe 1, Virginie Phulpin, revient mercredi sur cet évènement et explique que rien ne l'y oblige, théoriquement.

L'inégalité de traitement qui fait grincer des dents

"Djokovic  peut en effet dégainer l’argument du secret médical, et personne ne pourra rien dire. Sauf que si le joueur choisit cette option là, cela promet une ambiance délétère à Melbourne. Et ça a commencé dès mardi. Un journal australien a titré en Une "Are you Djoking ?", comprendre, "C’est une blague ?" avec un jeu de mots, vous l’aurez compris, entre le mot Joke, blague, et Djokovic. Les Australiens ont de quoi être un peu remontés. Cela fait deux ans que les habitants de Melbourne enchaînent les confinements les plus longs et les plus durs de la planète. Et ils ont un peu de mal avec le deux poids deux mesures.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

L’inégalité de traitement, c’est aussi ce que ressentent beaucoup de seconds couteaux du circuit. Les non-vaccinés qui ne se sont pas vus accorder de dérogation, ceux qui se sont vaccinés justement pour pouvoir participer, et ceux qui trouvent qu’être numéro 1 mondial, ça offre quan...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles