Tennis : Hugo Gaston, de la terre battue au retour à la terre ferme

·1 min de lecture

Hugo Gaston a épaté la galerie il y a trois semaines à Roland-Garros. Ce week-end, il a repris sa raquette au petit tournoi challenger d’Hambourg. Un autre monde. Et pour Virginie Phulpin, c’est ça aussi, le sport, une leçon d’humilité permanente. 

C’est comme goûter à la vie de château pendant 10 jours avant de revenir à un quotidien beaucoup moins rose. Il y a trois semaines, Hugo Gaston est né aux yeux du grand public, il s’est fait connaître en l’espace de deux matches dantesques à Roland-Garros. Une victoire époustouflante contre Stan Wawrinka et une défaite héroïque contre Dominik Thiem. Tout le monde était aux petits soins pour lui, son nom alimentait les discussions passionnées, et Hugo Gaston était même l’invité de Matthieu Belliard, comme Novak Djokovic, une semaine avant lui.

Il y a de quoi avoir la tête qui tourne, même si ça n’est pas le genre de la maison. Et d’un seul coup, le carrosse se transforme en citrouille. Halloween approche, mais c’est quand même difficile pour un sportif qui vient de toucher son rêve du doigt de se remettre à batailler dans l’anonymat.

Quand vous venez d’inquiéter un des meilleurs joueurs du monde devant la France entière et que vous vous retrouvez à perdre contre un Allemand 267e mondial au dernier tour des qualifications du petit tournoi d’Hambourg, c’est une des plus belles leçons d’humilité que peut offrir le sport. Même si prendre la grosse tête a l’air d’être un risque très limité chez Hugo Gaston.  

Ce retour aux sources, ça fai...


Lire la suite sur Europe1