Tennis : Il faut s’y résoudre, Nadal va dépasser Federer au nombre de Grand Chelem remportés

Antoine Huot

TENNIS - L’Espagnol n’est plus qu’à une petite longueur du Suisse

20-19 en 2019. 20-20 en 2020 ? C’est un peu l’histoire du lièvre et de la tortue. Toujours derrière Roger Federer au nombre de tournois du Grand Chelem remportés, Rafael Nadal a effectué un énorme rapproché, cette nuit, en s’adjugeant l’US Open après une bataille homérique face au Russe Daniil Medvedev (7-5, 6-3, 5-7, 4-6, 6-4). Vingt titres (le record) donc pour le Suisse, dix-neuf pour l’Espagnol. Jamais les deux monstres du tennis n’avaient été aussi proches. Le début de la fin pour « Rodgeur » ?

Car, à 38 ans, l’ancien numéro un mondial n’aura plus d’énormes occasions pour augmenter significativement sa liste de trophées en Majeurs. Dans « son » antre, à Wimbledon, cette année, il était à deux doigts de remporter un 21e titre du Grand Chelem. Mais il a craqué dans le cinquième set, laissant échapper deux balles de matchs. Résultat des courses : le Suisse ne s’est pas envolé et le Serbe (16 titres) s’est rapproché de l’Espagnol dans cette fameuse course au plus grand nombre de Grand Chelem remportés.

Larmes de guerre

Dans cette dure épreuve qu’est la vie, les blessures ont rattrapé Federer et Djokovic à Flushing Meadows. Et « Highlander » Nadal s’est fait la malle en remportant ce titre sur le court Arthur-Ashe. Physiquement, « Rafa » semble être revenu à son meilleur niveau après un début de saison sur terre battue pas conforme à ses habitudes (défaites à Monte-Carlo et à Barcelone en demi-finale).

La suite n’est que démonstration : une douzième Coupe des Mousquetaires du côté de la porte d’Auteuil, une demi-finale sur le gazon anglais et, donc, la victoire aux Amériques. « C’est le plus grand combattant que ce sport ait connu, expliquait Matteo Berrettini, après avoir été soufflé en demi-finale à l’US Open par Nadal. C’est fou ce qu’il fait, je l’admire pour son comportement sur le court, son attitude est proche de la perfection. »

Changement de roi en 2020

La perfection et toujours cette envie de gagner à 33 ans. Bousculé comme jamais par le Russe dimanche soir, épuisé, vidé, il a tout de même trouvé les ressources nécessaires pour remporter le cinquième set. Ses larmes sur sa chaise après le match, les joues creusées par l’effort, au moment où était diffusé un clip sur ses 19 victoires en Grand Chelem, témoignaient de la violence de l’effort et du chemin parcouru pour revenir à cet incroyable niveau. « La manière dont le match a pris une tournure dramatique à la fin rend ce jour inoubliable pour moi, a expliqué Nadal. Ce trophée est tellement important pour moi. La manière dont j’ai résisté durant les moments difficiles me rend tellement heureux. »

Au rythme où ça va, Federer devra abandonner son trône dès la prochaine saison. Car on voit mal Nadal lâcher si près du but. A la différence de Federer, Nadal est capable maintenant de gagner sur toutes les surfaces. Sur la décennie, il est ainsi le joueur le plus titré à Flushing Meadows (quatre), devant Djokovic et ses trois trophées.

Wimbledon, la dernière grande opportunité de Federer ?

Et on voit bien le Taureau de Manacor revenir à égalité dès l’Australie en début de saison pour mettre tout le monde à ses pieds, l’humidité et la chaleur à Melbourne ayant raison des vieux os grinçants du meilleur revers à une main de la planète (non, pas Richard Gasquet, l’autre) et du régime en manque de protéines de Novak Djokovic.

Ensuite, pas la peine d’épiloguer sur le résultat à Roland-Garros, où Nadal gagnera son 21e tournoi du Grand Chelem, en ayant perdu 13 jeux au total lors de la quinzaine parisienne. Notre petit cœur d’amoureux de la petite balle jaune aimerait que Roger Federer aille gagner une neuvième fois le tournoi de Wimbledon pour redonner du suspense à cette course sans ligne d’arrivée.

Mais, malheureusement, on a peur que ce bon vieux « Rodgeur » n’ait plus la capacité de venir à bout de ses plus grands adversaires dans les moments les plus chauds, lui, qui ne s’est plus imposé en Grand Chelem depuis janvier 2018. On ne demande qu’à se tromper. Histoire d’avoir, encore, une lutte acharnée entre ces deux magiciens pour arriver à un « Fedal » historique en finale de l’US Open dans un an.

Retrouvez cet article sur 20minutes

À lire aussi :
US Open: Un combat titanesque et les larmes de Nadal... New York a vécu une soirée inoubliable
US Open: Nadal remporte son 4e titre, son 19e tournoi du Grand Chelem
Classement ATP : Nadal se rapproche dangereusement de Djokovic, Medvedev fait son entrée dans le top 4