Tennis: Alcaraz abandonne, Djokovic et Auger-Aliassime enchaînent

Coup d'arrêt au bout d'une saison folle pour Carlos Alcaraz: le N.1 mondial, blessé aux abdominaux, a abandonné en quarts de finale du Masters 1000 de Paris vendredi, où Novak Djokovic et Félix Auger-Aliassime ont poursuivi leurs séries gagnantes.

Les demi-finales opposeront samedi (à partir de 14h00) Auger-Aliassime (8e) au jeune Danois Holger Rune (18e), et Djokovic, ex-N.1 mondial actuellement 7e, au N.5 mondial Stefanos Tsitsipas.

La blessure d'Alcaraz, alors qu'il était mené 6-3, 6-6 par Rune, 19 ans comme lui, intervient à neuf jours du début du Masters de fin d'année à Turin (13-20 novembre) qui réunit les huit meilleurs joueurs de la saison et interroge forcément sur sa participation.

Le plus jeune N.1 mondial de l'histoire s'est montré prudent mais pas alarmiste.

"Je vais rentrer à la maison, passer des examens pour connaître l'importance du problème, et on verra avec mon équipe le travail et le temps que j'aurai pour essayer d'arriver à Turin à 100%", a-t-il répondu.

Massé au changement de côté à 6 jeux à 5 en sa faveur dans la deuxième manche, sous les côtes, côté gauche, l'Espagnol a dit stop à 3 points à 1 en faveur de Rune dans le jeu décisif.

"J'ai senti quelque chose au niveau des abdominaux dans le deuxième set. A la fin, ça empirait, j'ai préféré abandonner, a-t-il expliqué. Ça me limitait dans beaucoup de choses, pour frapper mon coup droit, au service, quand je me tournais, ça me faisait assez mal."

"Peut-être que si j'avais continué, j'aurais dû m'arrêter pour quelque chose de beaucoup plus grave, j'ai préféré m'arrêter avant que ça soit pire", a-t-il souligné.

- 4 semaines, 16 victoires -

Avant ça, Alcaraz avait connu deux premiers tours express dans la salle parisienne, malgré une alerte au genou gauche, qu'il a protégé en début de tournoi.

Genou, abdominaux: peut-être le prix de sa folle saison 2022, au cours de laquelle il a signé une ascension vertigineuse en s'offrant son premier trophée en Grand Chelem à l'US Open et ses deux premiers en Masters 1000, à Miami et Madrid.

Depuis son titre à New York mi-septembre toutefois, son meilleur résultat reste une demi-finale à Bâle la semaine dernière.

Avec l'élimination d'entrée de Rafael Nadal à Bercy, "Carlitos" avait l'occasion de s'assurer de terminer l'année sur le trône du tennis mondial en cas de titre dimanche. Après son abandon, il quitte la capitale française avec pile mille points d'avance sur Nadal. Un parcours sans faute à Turin en rapportera 1500.

Pour sa première demi-finale en Masters 1000, Rune défiera Auger-Aliassime, en quête d'un quatrième trophée en autant de semaines, après Florence, Anvers et Bâle.

Face à l'Américain Frances Tiafoe (21e), le Québecois de 22 ans, qualifié pour la première fois pour le Masters, a enchaîné une seizième victoire d'affilée (6-1, 6-4).

"Félix a de plus en plus les outils pour performer, explique son entraîneur Frédéric Fontang. Son puzzle de jeu se met en place."

- 7 jeux, 0 point -

Quatre titres en autant de semaines: une telle performance n'a plus été réalisée depuis plus de quarante ans. A l'automne 1981, Ivan Lendl en avait même remporté cinq en cinq semaines.

Rune, fort de trois succès en trois jours contre des joueurs du top 10 (Hurkacz et Rublev avant Alcaraz), est aussi sur une belle dynamique, avec un titre à Stockholm en octobre, encadré par deux finales, à Sofia et Bâle - justement contre "FAA".

Djokovic, dont la saison est tronquée par son choix de ne pas se faire vacciner contre le Covid-19, le privant de tournée américaine estivale, reste lui sur une série de 19 matches gagnés consécutivement (hors Laver Cup): le Serbe de 35 ans n'a plus perdu - quand il a pu jouer - depuis Roland-Garros fin mai (demi-finale contre Nadal).

Vendredi soir, il n'a laissé aucune chance au jeune Italien Lorenzo Musetti (23e, 20 ans), éjecté 6-0, 6-3 en 74 minutes et qui n'a pas inscrit le moindre point le temps des sept premiers jeux!

"La tactique, c'était d'être très agressif, de lui enlever du temps, ça a bien fonctionné, a apprécié "Djoko", titré à Tel Aviv et Astana en septembre. C'était mon meilleur match de la semaine."

Tsitsipas n'a eu besoin que de deux minutes de plus pour écarter 6-2, 6-4 l'inattendu Américain Tommy Paul (31e).

es-ig/fal