Un ver solitaire de 4 mètres découvert chez un jeune homme

·2 min de lecture
Le jeune homme avait mangé un steak tartare deux semaines avant.

Sur Twitter, un technicien de laboratoire a relayé la présence d'un ver solitaire de 4 mètres dans le tube digestif d'un jeune homme.

C’est une découverte inhabituelle qui a été faite par ce technicien de laboratoire médical. Mercredi 23 juin, sur Twitter, @Sylevinestbon a publié des photos spectaculaires. Ce ver solitaire de 4,10 mètres de long, était dans le tube digestif d’un homme de 26 ans. Ce dernier avait mangé un steak tartare deux semaines plus tôt. Toutefois, le technicien précise que le steak tartare signalé par le patient et le ténia ne sont certainement pas liés car deux semaines ne sont pas suffisantes pour avoir un ténia de cette taille.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le technicien ajoute que la tête du ténia était absente, cette dernière n’était pas décrochée ou pas apportée. "La tête n'étant pas présente, le patient est possiblement encore atteint. Il a bien sûr été mis sous traitement par son médecin généraliste", souligne le professionnel. Avant d’ajouter : "De toute ma carrière, c'est le plus grand que j'ai vu. Idem pour mes collègues les plus expérimentées".

Bien faire cuire sa viande

Généralement, le ver solitaire est transmis par l’ingestion de viandes ou de poissons crus ou mal cuits. Deux signes alertent sur sa présence : une importante perte de poids alors que la prise alimentaire reste identique et la présence d’anneaux du ver dans les selles. Ces anneaux ressemblent à des filaments blancs. "Il vit dans l’intestin grêle de l’Homme, généralement en un seul exemplaire. Il se présente sous la forme d’un long ruban segmenté de plusieurs mètres (de 4 à 10 m), de couleur blanc jaunâtre, mince à son extrémité antérieure, et qui s’élargit graduellement en allant vers l’extrémité postérieure", résume l'Anses.

Pour limiter au maximum le risque d’avoir un ver solitaire, il est alors recommandé de faire cuire les viandes et les poissons à cœur (à un minimum de 71°C). Ainsi, les tartares et autres carpaccios ne sont pas recommandés. "La congélation préalable, dans un congélateur domestique (-10°C pendant 10 jours ou -15°C pendant 6 jours), de la viande destinée à être consommée crue ou peu cuite est un bon moyen de prévention", rapporte l'Anses. Si vraiment vous êtes adeptes des aliments crus, mieux vaut alors choisir de la viande de bonne qualité. "Si vous ne voulez pas avoir ce genre de compagnon : faites bien cuire vos viandes", conseille pour sa part le technicien de laboratoire.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles