Il est temps de replacer l’alimentation au centre de nos décisions politiques

*

Quelques semaines de confinement ont suffi à ébranler nos certitudes, bouleverser nos pratiques et composer avec des contraintes jusqu’ici inconnues. Par le confinement, nous avons fait l’expérience de la simplicité. Nous sommes revenus à l’essentiel, pour forger de nouvelles habitudes et notamment prendre conscience de la valeur intrinsèque de la nourriture. La planification des courses, le temps consacré à la cuisine et le choix de produits de qualité pour préserver sa santé ont à l’évidence permis de réveiller les consciences et de mettre en lumière les vertus du circuit-court. Il ne s’agit plus de courir après le superflu, les produits transformés et importés mais bien de penser l’alimentation de qualité pour tous comme la clé d’une société juste, équilibrée et souveraine.

L'enjeu de la souveraineté

La France a prouvé durant cette crise qu’elle était capable de s’auto-suffire dans beaucoup de productions, là où l’importation est reine habituellement (notre pays achète pour 38.4 milliards d’euros de produits alimentaires à ses voisins européens, en augmentation de + 24% sur sept ans). La France doit aujourd’hui s’imposer comme le pays victorieux d’une agriculture de qualité. Il faut donc délaisser la course effrénée au caddie toujours moins cher et à l’addition toujours plus salée pour le producteur, souvent néfaste à la santé de chacun et à notre environnement.



Lire la suite