Il est temps de refermer la « Porte de l'Enfer » !

·2 min de lecture

Cela fait 50 ans que les flammes jaillissent sans discontinuer de ce trou béant dans le sol du Turkménistan. Un site incroyable proche du village de Derweze, au milieu du désert de Karakoum, et dont le nom est plus qu’évocateur : la Porte de l’Enfer.

Une exploration gazière qui a mal tourné

Si le lieu est pour le moins impressionnant, il n’a pourtant rien de mystique. Même si les circonstances exactes de son embrasement sont mal documentées, il semblerait qu’il soit à associer à une erreur d’ingénieurs et de scientifiques soviétiques explorant ce champ pétrolifère en 1971. Les scientifiques effectuent alors un forage dans le but d’estimer la réserve de gaz du site. Mais le sol, instable, s’effondre, donnant naissance à un cratère de 70 mètres de diamètre et de 30 mètres de profondeur. Une grande quantité de méthane s’échappe alors de la poche de gaz percée. Le site devient immédiatement inexploitable et représente désormais un danger pour l’environnement et pour les habitants de la région. Ne disposant pas d’autre solution pour stopper l’émission de gaz, les Soviétiques décident de mettre le feu au puits. Ils estiment que la réserve de méthane devrait être épuisée en quelques semaines. Une grossière erreur d’estimation des réserves du site, puisque le cratère est en flamme depuis plus de 50 ans désormais.

Le site dans le désert de Karakoum. © Bjørn Christian Tørrissen, Wikimedia Commons, CC by-sa 4.0
Le site dans le désert de Karakoum. © Bjørn Christian Tørrissen, Wikimedia Commons, CC by-sa 4.0

Une catastrophe écologique bienvenue pour le tourisme

Si le site est effectivement spectaculaire et représente d’ailleurs l’une des attractions phare pour les rares touristes s’aventurant dans cet ancien pays de l’Union soviétique, désormais considéré comme un état totalitaire, le bilan écologique de cet embrasement gazier est plutôt inquiétant. Outre les énormes quantités de méthane qui en brûlant en continu depuis cinq décennies produisent beaucoup de CO2, le puits embrasé dégage aussi très certainement d’autres composants comme du soufre, des gaz odorants et des...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles