Et vous, combien de temps mettez-vous pour aller à l’hôpital ?

Elie Julien

Une étude de l’Insee montre les difficultés rencontrées par les habitants des zones rurales, parfois très éloignés des hôpitaux. Au point que certains décident de se faire soigner hors du département.


La région des Hauts-de-France possède le temps d’accès moyen à l’hôpital le plus faible de métropole : 18 minutes. Pourtant, dans ses départements, elle compte de fortes disparités. Ainsi, l’Oise est, tout comme la Somme, moins bien loti, avec un temps de transport médian de 26 minutes. Selon une étude de l’Insee Hauts-de-France, qui s’est basée sur les hospitalisations de patients en 2013, cela symbolise les difficultés des territoires ruraux.


LIRE AUSSI > « L’Oise a la pire démographie médicale de la région »

Si l’urbanisation de certaines parties de la région et le développement d’infrastructures routières favorisent l’accès aux hôpitaux, c’est évidemment plus compliqué pour les zones les plus rurales du département.

100 communes à plus de 45 minutes d’un hôpital

Ainsi, selon l’Insee, près de 100 communes, sur les 688 que compte l’Oise, ont un temps médian d’accès à l’hôpital de 45 minutes ou plus (infographie ci-contre). Au nord-ouest du Beauvaisis, au-dessus du Plateau picard et du Noyonnais, dans l’extrême sud-est ou à la frontière avec l’Eure…

Dans ce département qualifié de « semi-rural » par le directeur du centre hospitalier du Beauvaisis, Eric Guyader, ce dernier discerne « une population plus fragile - âgée et sans mobilité - à aider dans une logique de présence hospitalière ». D’autant que les malades n’ont plus le choix, les spécialistes désertant peu à peu les villes et les villages.


-

LP/B.D.

« Il y a un manque », assure Eric Guyader. Pour lutter contre l’isolement d’une partie de ces patients, désormais, l’hôpital du Beauvaisis « envoie des spécialistes faire des permanences dans de petits hôpitaux de proximité ».

« On observe des hésitations sur la stratégie de la part des pouvoirs publics comme l’Agence Régionale de Santé (ARS) », regrette de son (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Philippe Manœuvre pose ses vinyles dans le Beauvaisis
Vineuil-Saint-Firmin : Ladji, un conteur qui ouvre son cœur
Découvrez toutes les danses au Tigre de Margny-lès-Compiègne
Séry-Magneval : après dix ans de travaux, l’église rouvre enfin ses portes
Compiègne : derniers préparatifs à la clairière de l’Armistice