«Le temps de la décomposition de la droite est venu»

Libération.fr

L’historien des droites françaises Gilles Richard revient sur les fractures qu’il considère comme irréversibles au sein du parti Les Républicains.

Gilles Richard est l’auteur d’une Histoire des droites en France de 1815 à nos jours (éd. Perrin).

Les responsables de LR se divisent, durant cet entre-deux-tours, sur la stratégie à adopter. Cela ne traduit-il pas des fractures plus profondes ?

Le parti se heurte aux limites stratégiques de Sarkozy. Après le 21 avril 2002, l’idée était de bâtir avec l’UMP un grand parti néolibéral qui rassemble les familles de droite - gaulliste, radicale, démocrate chrétienne, etc. Mais Sarkozy, à l’époque ministre de l’Intérieur, vient semer le trouble au sein de cette «Maison bleue» voulue par Juppé : il va introduire un discours identitaire pour attirer l’électorat frontiste, tout en refusant l’alliance avec le FN qu’il combat ouvertement, y compris en affrontant Jean-Marie Le Pen dans deux débats télévisés. Néolibéralisme, acceptation de l’Europe et de la «mondialisation» et d’autre part discours de repli sur l’identité de «la France éternelle» - deux éléments difficilement conciliables. La synthèse a fonctionné en 2007, mais Sarkozy profitait alors des faiblesses de Jean-Marie Le Pen qui a mené - mal - la campagne de trop. Le FN, conquis par Marine Le Pen, repart à la hausse à partir de 2011.

François Fillon a-t-il tenté de poursuivre cette stratégie Sarkozy ?

A une nuance près : après la Manif pour tous, il a adapté le discours identitaire pour le tourner vers la droite catho traditionaliste. Mais la contradiction demeure au cœur de ce positionnement. L’élimination de la droite, dimanche, en a été un puissant révélateur. Le temps de la décomposition est venu.

Qu’est-ce qui pourrait encore faire tenir le parti LR ?

Plus rien ! Sauf les élections législatives qui forcent les dirigeants à trouver un compromis pour ne pas se déchirer tout de suite. Mais, en soi, l’union n’est plus possible, on a atteint un seuil qui oblige à trancher (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Les catholiques en pleine radicalisation
La Côte d’Azur, laboratoire des querelles de droite
Calculs
LR multiplie les divisions
L’insondable Francis Heaulme

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages