Tempêtes, canicules, inondations : l'ère des extrêmes

·1 min de lecture

Les chercheurs en apportent la preuve : certains événements météorologiques extrêmes récents sont accentués par le changement climatique. Tempêtes, canicules et inondations vont se multiplier si des mesures concrètes contre le réchauffement ne sont pas prises. Sciences et Avenir dresse une perspective alarmante.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir - La Recherche n°897 daté novembre 2021.

C'est un rapport qui pèse lourd : 360 pages. Il a été impossible aux experts de l'évolution du climat de faire plus court pour expliquer que certains événements météorologiques extrêmes récents n'auraient pas eu lieu sans le changement climatique induit par les activités humaines. Des événements exceptionnels qui sont appelés à l'être de moins en moins, dans le monde, mais aussi en France.

"C'est un fait établi que les émissions de gaz à effet de serre produites par l'humain ont mené à une fréquence ou une intensité de certains extrêmes météorologiques et climatiques depuis l'époque pré-industrielle, en particulier pour les températures exceptionnelles ", écrivent les dizaines de chercheurs du monde entier qui ont participé à la rédaction du 6e rapport sur les sciences physiques du changement climatique remis le 9 août 2021 par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec). Ce qui était une présomption impossible à étayer scientifiquement lors du rapport précédent, publié en 2014, est devenu une certitude. "Les preuves de changement observées sur les événements extrêmes et leur attribution à l'influence humaine se sont renforcées, en particulier pour les très fortes précipitations, les sécheresses, les cyclones tropicaux et des phénomènes associés comme les vagues de chaleur et les incendies de forêt ", assènent les auteurs.

La météo en cause dans 50 % des catastrophes

Les scientifiques ne nient pas l'évidence : l'humanité vit depuis toujours avec les catastrophes naturelles. Dans son "Atlas de la mortalité et des pertes économiques dues aux phénomènes météorologiques, climatiques et hydrologiques extrêmes (1970-2019)" publié en août, l'Organisation météorologique mondiale (OMM) détaille que les aléas météorologiques ont été à l'origine de la moitié de toutes les catastrophes recensées lors de ce demi-siècle, de 45 % des décès et de 74 % des pertes[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles