Tempête Alex : des habitants ont décidé de rester à Casterino, un village fantôme

À Casterino (Alpes-Maritimes), touché en octobre dernier par la tempête Alex, il fait -5 degrés. Malgré le froid, André Boulanger, propriétaire de l'hôtel Les Mélèzes, fait sa tournée ; un rituel du matin. "Je regarde si tout va bien, s'il n'y a rien de cassé, si personne n'est venu", glisse-t-il. Depuis le 2 octobre, Casterino est un village fantôme. Les habitants ont été évacués dans l'urgence. Ce jour-là, la tempête s'est abattue sur la vallée de la Roya, détruisant la seule route qui mène au hameau. Il était inconcevable de s'en aller Pour s'y rendre aujourd'hui, il n'y a qu'un seul moyen : marcher pendant trois heures sur un sentier. Pour l'hôtelier, il s'agit de vacances forcées. Pour lui et sa femme, très attachés à Casterino, il était inconcevable de s'en aller. "Je voulais rester ici pour qu'il y ait une présence à Casterino, pour ne pas que, s'il y a du monde qui vient, qu'ils rentrent dans les maisons [...]. Puis on a des animaux, on ne peut pas les laisser comme ça", confie André Boulanger. Dans la réserve de l'hôtel, se trouve un stock de nourriture acheminé par hélicoptère ; de quoi tenir jusqu'au printemps.