TEMOIGNAGES. "J'ai peur que l'émotion m'envahisse" : quinze jours après l'assassinat de Samuel Paty, les enseignants préparent une rentrée particulière

Thomas Baïetto
·1 min de lecture

Comment reprendre le chemin de l'école sereinement ? Que dire à ses élèves ? Quels mots utiliser ? Pour les enseignants de France, la rentrée des vacances de la Toussaint, lundi 2 novembre, s'annonce particulière, quinze jours après l'assassinat de leur confrère Samuel Paty, professeur à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

A cette occasion, franceinfo a donné la parole à dix d'entre eux, qui ont répondu à notre appel à témoignages. Ces interviews ont été réalisées les 26 et 27 octobre, avant l'annonce du reconfinement et de la minute de silence organisée à 11 heures à la mémoire de l'enseignant assassiné.

"Le climat de violence était déjà là, mais on a passé un cap"

Pierre*, 34 ans, enseigne l'histoire-géographie dans un lycée de Niort (Deux-Sèvres).

Son état d'esprit. "Cela pose la question de la sécurité au travail. Le climat de violence était déjà là, mais on a passé un cap. Dans notre lycée, il y a eu des agressions verbales, des tags sur les véhicules. J'ai déjà eu un problème lorsque j'enseignais en collège. Des parents qui remettaient en cause le fait d'enseigner l'islam à l'école, une forme d'extrêmisme nationaliste. Il avait fait des demandes pour que je sois démis de mes fonctions".

Ce qu'il fera lundi. "Lundi, j'ai des classes de seconde. Je vais un peu dévier sur le programme d'Education morale et civique, sur la liberté d'expression. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi