"J'ai perdu ma mère" : comment les thèses complotistes autour du Covid-19 ont contaminé leurs relations avec leurs proches

Benoît Zagdoun
·1 min de lecture

Ils ont un parent, un conjoint ou un ami qui a basculé dans le complotisme à cause de l'épidémie de Covid-19. Des divergences d'opinion qui ont transformé leur relation, les amenant parfois à couper les ponts.

"Il faut que je fasse le deuil de ma mère. Je n'y arrive pas. Ce n'est pas facile." Delphine, 43 ans, a vu Christine, sa maman de 70 ans, "basculer dans le complotisme" au cours de l'épidémie de Covid-19. Comme des centaines d'autres personnes, cette fonctionnaire territoriale à Bordeaux a répondu à l'appel à témoignages lancé par franceinfo. Elle confie son désarroi. "J'ai perdu ma mère. Je ne sais plus qui elle est. C'est une inconnue qui me cache des choses. Ça m'effraie. C'est irréel."

>> Que révèle le succès des thèses complotistes pendant l'épidémie de Covid-19 ?

La mère de Delphine est convaincue que le virus a été créé sciemment et que les tests de dépistage servent à inoculer la maladie. "J'ai fait tester mon fils, parce qu'il était cas contact, mais je lui ai interdit d'en parler à sa grand-mère. On en est là." Christine conseille à sa fille de faire des stocks de boîtes de conserve. Elle a même retiré son argent de son compte en banque, sûre que l'effondrement du système économique va suivre la crise sanitaire. "Je me demande où ça s'arrêtera", dit sa fille.

"Eteins ta télé et allume tes neurones !"

A Lyon, Anne* fait également son deuil. "J'ai l'impression d'avoir perdu des amies." Cette enseignante à la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi