Le télétravail n’a plus la cote auprès des salariés européens

Le télétravail n’a plus la cote auprès des salariés européens (Crédit : Getty Images)
Le télétravail n’a plus la cote auprès des salariés européens (Crédit : Getty Images)

Les salariés européens seraient de plus en plus nombreux à voir les mauvais côtés du télétravail plutôt que les avantages, selon une étude.

Porté aux nues par certains, mis de côté par d’autres, le télétravail a connu un essor sans précédent en 2020 avec l’émergence du Covid-19. Après deux ans et demi de pandémie, ce mode de travail s’est installé dans de nombreuses entreprises. Au point de devenir une normalité. Certaines, dont Microsoft et Spotify, ont même autorisé le travail loin des bureaux de manière durable à leurs salariés. Faut-il pour autant s’en féliciter ? À en croire une étude menée en France, en Allemagne et en Italie par Allianz-Trade relayée par Les Échos, le télétravail ne fait plus rêver.

Plus d’un quart des sondés regrette un manque d’émulation

Autrefois fantasmé pour la liberté qu’il offre, le fait de pouvoir travailler de n’importe où dans le monde et la suppression des trajets domicile-travail, le télétravail présente aussi de nombreux handicaps. Ces derniers prennent progressivement le pas sur les avantages dans l’esprit des salariés français, allemands et italiens interrogés. "Deux ans d'expérience de télétravail ont fait prendre conscience aux gens des inconvénients", explique Patricia Pelayo Romero, économiste chez Allianz Trade et auteur de l'étude.

Le manque d’interaction avec ses collègues figure en tête de liste des désagréments. L’absence de contacts professionnels quotidiens est perçu comme un désagrément par 28% des sondés. Ce chiffre a carrément doublé par rapport à l’an dernier. "Tandis que la fin des trajets quotidiens soulage les travailleurs d'un fardeau, la réduction des contacts sociaux au bureau peut entraîner de moindres promotions et une perte d'apprentissage, créant des inégalités" entre les télétravailleurs et les autres, poursuit l’étude.

Le télétravail peut coûter cher

Autre motif d’inquiétude : l’effacement des barrières entre vie privée et professionnelle. Concilier les deux et trouver son rythme n’est pas chose aisée, même après de longs mois d’expérimentation. Près d’un salarié sondé sur cinq confesse vivre mal cette situation dans laquelle le bureau se retrouve au milieu du salon. Là encore, le résultat est en net progression par rapport à 2021. Le flou de la frontière entre vie privée et vie professionnelle est aussi mal ressenti par 18 % des salariés interrogés. Un chiffre là encore deux fois plus élevé qu'il y a un an.

Enfin, de nombreuses entreprises ont freiné des quatre fers pour aider les salariés à supporter le coût du télétravail. Entre le chauffage l’hiver, les frais pour déjeuner et les autres dépenses, le télétravail a un coût : il pourrait atteindre 174 euros par mois pour certains salariés. Sur une année, cela représenterait un surplus de 2 088 euros. Un argument de plus pour dégoûter certains salariés de travailler à distance.

VIDÉO - Télétravail : plutôt démissionner que retourner au travail pour certains employés chez Apple

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles