"Les techniques des GAFAM pour étendre leur pouvoir d’étranglement"

·1 min de lecture

Les plateformes numériques conduisent une véritable stratégie pour conserver leur domination. C’est même un cas d’école en économie, explique Bernard Guilhon, membre de l'Association du Manifeste de l’Industrie (MAI), et professeur d’économie Skema Business School.

Les plateformes numériques sont des structures hybrides, à la fois firmes et marchés, lieux de production et d’échange organisés autour d’un écosystème formé d’une plateforme "leader", de développeurs d’applications et de fournisseurs de technologies complémentaires (logiciels, algorithmes, matériels, etc.) et enfin d’entreprises qui vendent sur les " places de marché " offertes par ces plateformes.L’approche économique décrit les mécanismes de création et de captation de la valeur pendant que l’approche sociologique insiste sur la capture et l’utilisation des données personnelles qui menacent l’autonomie des individus comme consommateurs, mais aussi comme citoyens assujettis à un capitalisme de surveillance (S. Zuboff, 2020). En s’appuyant sur la synthèse du rapport du Comité Stigler (L. Zingales et F. M. Lancieri, Policy Brief, 2019), on peut analyser les mécanismes par lesquels les GAFAM étendent leur pouvoir d’étranglement.Des pouvoirs de marché exorbitantsLa tendance à la concentration des marchés est la conjonction de plusieurs éléments. Les rendements d’échelle assurent du côté de l’offre la couverture des coûts fixes, la demande est tractée par les effets de réseau d’après lesquels la valeur d’un...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République

"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République