"Je te parle comme je veux ma cocotte": la maire de Paimpol dénonce les propos sexistes de son prédécesseur

S.B.M
·1 min de lecture
Fanny Chappé, maire de Paimpol - Mairie de Paimpol
Fanny Chappé, maire de Paimpol - Mairie de Paimpol

"On en est encore là en 2021!". La maire de Paimpol (Cotes-d'Armor) Fanny Chappé a dénoncé ce mardi sur Twitter les "propos sexistes" tenus ce lundi par son prédécesseur, aujourd'hui élu de l'opposition, lors d'un conseil municipal.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Lors du conseil municipal de Paimpol, un élu de l'opposition m'interpelle je te parle comme je veux ma cocotte ( ...) oui maîtresse , non maîtresse. On en est encore là en 2021. Être femme maire, c'est aussi vivre cela", a déploré Fanny Chappé, 41 ans, maire socialiste de cette commune de 7000 habitants, également conseillère régionale et éducatrice pour jeunes enfants.

Séance sous tension

Dans une vidéo de l'incident, mise en ligne sur le site de la mairie de Paimpol, on entend l'ancien maire UDI Jean-Yves de Chaisemartin lancer à sa successeuse "j'ai le droit de répondre maîtresse ou tu vas encore m'empêcher de parler?". Un échange tendu s'en suit entre les deux élus, la maire lui demandant de l'appeler "Madame la maire" et de lui parler avec respect.

"Je te parle comme je veux ma cocotte", lance alors Jean-Yves de Chaisemartin, battu par Fanny Chappé lors des dernières élections municipales de 2020.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Soutiens en cascade

L'incident a entraîné une vague de messages de soutien à l'édile paimpolaise sur les réseaux sociaux, notamment de l'ex-ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Face à cette levée de boucliers, Jean-Yves de Chaisemartin a fini par s'expliquer, sans toutefois s'excuser, reconnaissant une réaction "épidermique et excessive", mais "en aucun cas sexiste."

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Article original publié sur BFMTV.com