TDAH et autisme : attention à la prise de paracétamol pendant la grossesse

·2 min de lecture

Selon une vaste étude européenne, consommer du paracétamol pendant la grossesse augmente le risque de développement du trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) et du trouble du spectre autistique (TSA) chez l'enfant.

"Enceinte, les médicaments, c'est pas n'importe comment !" clame de l'Agence sanitaire de sécurité du médicament ( ANSM) qui a démarré le 2 juin 2021. Tel est exactement le message qu'il faut retenir d'une vaste étude internationale qui démontre que consommer pendant la grossesse du paracétamol (dit aussi acétaminophène) augmente le risque de développement du trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) et du (TSA) chez l'enfant.

Près d’une femme enceinte sur deux a recours au paracétamol

Le lien était certes déjà connu mais il vient d’être confirmé par une solide étude internationale publiée dans . Une équipe de pédiatres du Barcelona Institute for Global Health (ISGlobal) confirme en effet cette association déjà retrouvée par le passé mais ici sur un très large échantillon regroupant différentes cohortes européennes.

On estime aujourd’hui que près d’une femme sur deux au cours de sa grossesse a recours à l’utilisation de cette molécule à la fois antalgique et antipyrétique (qui combat la fièvre).

Un risque augmenté de 20%

Dans cette nouvelle étude, l’analyse des données d’exposition in utero de 73.881 enfants européens inscrits dans six cohortes européennes - via des questionnaires adressés aux mères rétrospectivement - a permis de chiffrer à 20% l’augmentation du risque de TDAH ou TSA en cas d’exposition prénatale au paracétamol.

Les pédiatres se sont aussi intéressés à l'exposition postnatale mais celle-ci ne semble induire aucune augmentation du risque de trouble neurologique. De nouvelles recherches devant toutefois être poursuivies.

En résumé, l’auteur principal de ce travail, le Dr Sílvia Alemany de l’Université Pompeu Fabra (Barcelone), précise que "compte tenu des liens entre l'utilisation d'acétaminophène et le développement neurologique, l'acétaminophène ne doit pas être supprimé chez les femmes enceintes ou les enfants, mais ne doit être utilisé que lorsque cela est nécessaire". Un travail qui confirme l’appel à vigilance émanant d’u[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi