Tchernobyl : la salle de contrôle du réacteur numéro 4 ouverte au public

On arrête plus la progression du tourisme dans la centrale nucléaire de Tchernobyl, tristement célèbre pour l'incident qui est survenu le 26 avril 1986 dans son réacteur numéro 4. Les visiteurs pourront désormais visiter la salle de contrôle de ce même réacteur, rapportait le 3 octobre 2019 .

Une visite courte et en tenue Hazmat

Son ouverture au public ne signifie pas pour autant que la visite est sans risque. Ainsi, elle se fera dans une combinaison Hazmat, ces tenues impressionnantes qui permettent de se protéger des matières dangereuses. En outre, les touristes devront aussi porter un casque et un masque. Après la courte visite, ils devront également passer différents tests afin de mesurer les radiations. Selon CNN, cette nouvelle offre s'inscrit dans un plan gouvernemental visant à encourager le tourisme dans la région. D'ailleurs le président Volydymyr Zelensky a signé en juillet 2019 un décret désignant Tchernobyl comme une attraction touristique officielle, ce qui permet de développer ce secteur dans la zone.

Le manque de respect des touristes souvent critiqué

Le nombre de visites dans la centrale nucléaire et aux alentours a progressé avec la diffusion de la mini-série "Chernobyl" même s'il augmentait déjà avant. Environ 50.000 visiteurs ont été dénombrés en 2017 et ils étaient 72.000 en 2018. Ils seront sans doute 100.000 en 2019. Cette progression induit : les touristes se prennent en selfie dans des postures comiques, ils volent des objets laissés sur place notamment dans la ville-fantôme de Pripiat présentée dans la série. 

A LIRE. 

"Même nous, les natifs de Pripiat, nous ne nous autorisons pas à sortir nos propres affaires d'ici", expliquait à l'AFP Oleksandre Syrota, du Centre d'information. "Nous sommes surpris quand nous les voyons sur eBay." Il disait "avoir du mal à imaginer" les conséquences du projet gouvernemental pour le développement touristique de Tchernobyl, d'autant que la ca[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi