Tchad: du retard dans les conclusions des négociations entre politico-militaires et pouvoir tchadien à Doha

Les négociations entre le gouvernement du Tchad et les mouvements politico-militaires opposés au gouvernement de N’Djamena, entamées depuis le 13 mars auraient dû s’achever ce lundi. Mais selon de sources gouvernementales, l’accord qui devrait permettre la participation des groupes rebelles au dialogue national inclusif pour la mise en place de nouvelles institutions connaît du retard.

« On vise la fin juin ». L’aveu vient de l’un des principaux négociateurs du gouvernement de retour à Doha depuis quelques jours pour le dernier virage des discussions avec les mouvements rebelles. Il y a quelques semaines, la date du 13 juin avait été avancée pour la signature de l’accord entre les differents camps.

Les trois groupes rebelles ont transmis il y a un mois leur projet d’accord au médiateur qui l’a transmis à Ndjamena. Le texte propose que les institutions en charge de la transition soient revues, de réviser la charte de transition, qui permettra la désignation d’un Premier ministre issu de l’opposition, et un nouveau Parlement de 200 membres où siégeront au moins 50 représentants des politico-militaires. Et enfin ce document stipule que les responsables des organes de transition ne seront pas candidats aux prochaines élections.

À lire aussi : Avancée dans les discussions entre le gouvernement tchadien et les «politico-militaires» à Doha


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles