Tchad: questions après la défaite de Saleh Kebzabo au sein de l'Alliance Victoire

·1 min de lecture

Beaucoup de réactions au Tchad, notamment sur les réseaux sociaux après la désignation de Théophile Bongoro, un notaire de 55 ans, néophyte en politique comme candidat unique de la coalition de 15 partis de l’opposition en vue de la présidentielle du 11 avril. Théophile Bongoro a donc damé le pion à Saleh Kebzabo. Et cela passe mal chez ses partisans.

Un des comités de soutien de Saleh Kebzabo parle de mascarade et affirme que Théophile Bongoro n’est qu’un sous-marin du pouvoir. Comment un homme qui n’a jamais été élu, qui n’a fondé son parti que depuis 2 ans, un inconnu de surcroit a-t-il pu l’emporter face au dinosaure de l’opposition tchadienne obtenant 9 voix contre 5 et une abstention, quasiment le double.

« On est tous encore un peu sonné », reconnait un des opposants qui soutenait une nouvelle candidature de Saleh Kebzabo. « Théophile Bongoro nous a rejoints et s’est porté candidat, il avait sans doute déjà fait sa campagne avant, auprès des chefs des autres partis politiques. Comment a-t-il fait pour convaincre ? Je me pose encore la question ».

Dans le camp de Théophile Bongoro, on évoque le besoin de renouvellement. « C’est toujours les mêmes personnes avec les mêmes résultats. Kebzabo n’est pas exempt de reproche ». expliquent plusieurs responsables.

« Certains ont été achetés, c’était une élection à la tchadienne. Il n’y a pas d’autre explication » affirme pour sa part une source au sein de l’UNDR, le parti de Saleh Kebzabo. Ce que dément Théophile Bongoro.

Dans quelle mesure Saleh Kebzabo pourrait quitter l’Alliance et se présenter ? Les 12 et 13 février, le conseil national statutaire de son parti se prononcera officiellement.