Tchad : « Pourquoi la démocratie doit être respectée »

Par des Personnalités expertes sur l'Afrique*
·1 min de lecture
Il importe que la démocratie soit respectée sur un continent qui a besoin d'un consensus sur les modes de transmission du pouvoir pour se construire dans la paix. 
Il importe que la démocratie soit respectée sur un continent qui a besoin d'un consensus sur les modes de transmission du pouvoir pour se construire dans la paix.

Depuis bientôt un an, l'Afrique vit au rythme des élections présidentielles, caractérisées par de multiples tensions. Comment croire à la pratique « démocratique » et au droit des populations à choisir leurs dirigeants lorsque les élections sont devenues des exercices usuels de violation de l'esprit des institutions et une trahison de la promesse de lendemains meilleurs pour la jeunesse ?

Haro sur le recul démocratique observé ici et là

L'habillage démocratique auquel nous assistons à travers les simulacres d'élections a fini par lasser des populations qui ne croient plus aux vertus de la politique et aux bienfaits de l'exercice électoral qui devrait favoriser l'alternance et refléter la volonté populaire. Ce recul démocratique dans de nombreux pays, sur fond d'emprisonnement ou d'envoi en exil forcé des opposants politiques, de violences, de « tripatouillages » de résultats, est le signe, en réalité, d'une fragilité des pouvoirs en place, prétendus « forts », qui s'adonnent à un « coup d'État électoral permanent », avec une certaine complaisance coupable des institutions africaines et des partenaires internationaux.

À LIRE AUSSITierno Monénembo ? Afrique cherche démocratie désespérément !

Haro sur le Conseil militaire de transition

Le dernier coup de force des militaires au Tchad, après la mort du maréchal président, ainsi privé de son 6e mandat, est une nouvelle illustration de la faillite institutionnelle du pays ; un scénario qui en rappelle d'autres sur le [...] Lire la suite