Le Tchad et le Niger promettent un nouveau souffle pour le G5 Sahel malgré le départ du Mali

Arrivé mardi 12 juillet et reparti mercredi 13 juillet au soir, le président du Niger Mohamed Bazoum, était à Ndjamena pour « une visite de travail et d’amitié ». C’est son deuxième séjour au Tchad depuis sa prise de fonctions. Lors d’une conférence de presse tenue à la présidence tchadienne mercredi 13 juillet, lui et son homologue tchadien Mahamat Idriss Déby ont longuement abordé la lutte contre le terrorisme dans la région, le retrait du Mali du G5 Sahel et la transition tchadienne.

Avec notre correspondante à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula

Lors d’une conférence de presse mercredi 13 juillet, les deux chefs d’État ont voulu montrer qu’ils font front commun dans la lutte contre le terrorisme. Une lutte qui, selon eux, passe par le G5 Sahel. Mais la force conjointe est « en difficulté » depuis le retrait du Mali, selon le président du conseil militaire de transition au Tchad, Mahamat Idriss Déby :

« Nous regrettons ce retrait, mais nous sommes encore optimistes, nous espérons que le Mali revienne sur la décision qu’il a prise. Parce que la lutte contre le terrorisme est un combat noble, mais c’est un combat aussi qu’un pays ne peut faire seul. »

Interpellé sur ce sujet par un journaliste, la réponse de Mahamat Idriss Déby a été sans équivoque : « Le Tchad est un pays souverain, ce n’est pas à un sénateur qui ne sait même pas placer le Tchad sur une carte et poussé par du lobbying, qui va nous orienter ou dire que faire de notre pays. »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles