Tchad : mort du président Idriss Déby, la France perd un allié précieux au Sahel

Idriss Déby, qui tenait le Tchad d'une main de fer depuis 30 ans, a succombé à ses blessures. L'annonce de l'armée a été retransmise à la télévision : "C'est avec une profonde amertume que nous annonçons au peuple tchadien le décès ce mardi 20 avril 2021 du maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno". À 68 ans, le président tchadien dirigeait ce week-end encore les combats de son armée contre des rebelles, à 300 kilomètres de la capitale. Sa victoire pour un sixième mandat présidentiel, avec près de 80% des voix, venait d'être proclamée. Menace pour la sécurité dans la région ? Le militaire de carrière avait pris le pouvoir en 1990, à la suite d'un coup d'État, et ne l'avait jamais lâché. Idriss Déby était un allié de taille pour Paris dans la guerre contre les djihadistes au Sahel. Présent depuis 1986 sur le sol tchadien, la France avait choisi N'Djamena (Tchad) pour installer le poste de commandement de l'opération Barkhane. La mort du maréchal, tout comme la création d'un conseil militaire de transition présidé par son fils, préoccupe Paris. "Soit c'est un gouvernement [temporaire] qui stabilise la situation, et donc la sécurité est assurée, soit c'est un gouvernement qui connait des soubresauts et des difficultés, et dans ce cas-là la sécurité de la région risque d'être mise à mal", estime mardi 20 avril le général Dominique Trinquand, expert militaire en géostratégie. Dans un communiqué, l'Elysée a rendu hommage à Idriss Déby, un "grand soldat" et "ami courageux".