Tchad: Mahamat Idriss Déby assure qu'il sera «intraitable» dans l'affaire du «SHT Gate»

La communauté musulmane a fêté la Tabaski ce samedi 9 juillet. A cette occasion, le président du Conseil militaire de transition, Mahamat Idriss Déby, est revenu sur l’affaire appelée « SHT gate ». Depuis plus de deux semaines, le SHT Gate agite toute la société tchadienne : des hauts cadre de l’Etat et des secteurs pétroliers et bancaires sont soupçonnées d’avoir détourné plusieurs milliards de francs CFA au sein de la Société des hydrocarbures du Tchad (SHT).

Avec notre correspondante à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula

Dans une allocution d’une dizaine de minutes faite après la grande prière, Mahamat Idriss Déby a largement évoqué l’affaire que les médias locaux appellent « SHT Gate ».

Il s’agit de détournements de fonds massif au sein de la compagnie pétrolière nationale, impliquant plusieurs responsables de l’Etat et du secteur bancaires. Les autorités parlent de 13 milliards de francs CFA, d’autres sources évoquent une somme plus importante.

« Plus de 80% des ressources dérobées à la SHT » ont été « récupérés » par les enquêteurs, explique Mahamat Idriss Déby, sans donner plus de précisions sur le montant de ces détournements.

Le président du CMT affirme que « le Conseil militaire de transition sera intraitable face au détournement avéré » et met en garde ceux qui « confondent, dit-il, les caisses de l’Etat avec leurs propres vaches laitières ».

« Un discours qui résonne comme un disque rayé » pour Succès Masra, le leader des Transformateurs. « Les détournements de fonds sont monnaie courante dans le pays depuis des décennies », affirme l’opposant, qui ajoute que « les Tchadiens attendent maintenant des sanctions contre les auteurs de détournements de fonds publics. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles