Tchad: l'attribution des places pour la préparation du dialogue national fait polémique

Au Tchad, les préparatifs du dialogue national inclusif - convoqué pour le 20 août prochain - sont au centre d’une nouvelle polémique. Une grogne suscitée par la publication de l’avant-projet des quotas pour la participation à ce dialogue, qui doit déboucher sur une remise du pouvoir aux civils. La proposition provoque la colère de l’opposition.

Avec notre correspondant à Ndjamena, Madjiasra Nako

L’avant-projet adopté par le comité d’organisation du dialogue national inclusif propose 1412 participants à cette réunion. Les critères de participation sont, pour ce qui concerne les partis politiques, leur existence légale qui donne droit à une place. Le nombre de place étant déterminé par le résultat de ces formations aux dernières élections.

Les mouvements rebelles en pourparlers à Doha auront eux une cinquantaine de places. Les différentes institutions de la République, les syndicats, les organisations faîtières, les provinces et les confessions religieuses devraient aussi être représentés.

Une répartition qui fait réagir l’opposition à la transition qui déduit que sur la base de ce quota, au moins 1200 participants désignés seront favorables au gouvernement de transition.

À lire aussi : au Tchad, le président de transition Mahamat Idriss Déby interpellé dans une lettre ouverte

Reste à savoir si le Premier ministre, qui doit valider par arrêté cette répartition, suivra ou non le comité d’organisation du dialogue.

Correctif :


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles