Tchad : l’Union africaine hausse le ton

·1 min de lecture
Les décisions du Conseil de paix et sécurité sont prises par consensus des quinze États membres.
Les décisions du Conseil de paix et sécurité sont prises par consensus des quinze États membres.

Ces dernières années, l'Union africaine a adopté une position ferme de rejet et de condamnation des changements anticonstitutionnels. Le cas du Tchad a, semble-t-il, divisé. Il aura fallu attendre pratiquement un mois après la prise du pouvoir le 20 avril d'un Conseil militaire de transition (CMT) de quinze généraux, présidé par un des fils du défunt président Idriss Déby Itno, pour qu'enfin une résolution soit adoptée. L'information est tombée hier, jeudi 20 mai. Dans un texte rendu public sur son site Internet, le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA « souligne la nécessité absolue que la transition vers un régime démocratique soit achevée dans le délai de 18 mois annoncé par le CMT à compter du 20 avril 2021 ».

Le CPS insiste sur le respect de ce délai « en affirmant catégoriquement qu'aucune forme d'extension de la période de transition prolongeant la restauration de l'ordre constitutionnel ne saurait être acceptable pour l'UA ».

À LIRE AUSSITchad : l'Union africaine divisée sur d'éventuelles sanctions

Pas d'exception tchadienne

Cette décision de l'UA avait été annoncée comme imminente depuis plusieurs jours. Deux camps s'étaient clairement opposés. Avec, d'un côté, les tenants d'un accompagnement de la transition. Et, de l'autre, ceux qui souhaitent une application stricte d'un principe sacré de l'Union africaine, qui veut qu'en cas de coup d'État, un pays doit être suspendu automatiquement.

Rappelons que, jusqu'à présent, l'UA n'a pas sanctionné l [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles