Tchad : l’or du Tibesti, l’autre guerre du Sahel

Jacques Deveaux

On parle de guerre de l’or. Un baril de poudre qui menace de s’enflammer. Cela se passe dans la célèbre région du Tibesti, relief montagneux au nord du Tchad, près de la frontière avec la Libye. Les habitants de Miski, une petite localité de 2 400 habitants, s’opposent à l’exploitation des gisements aurifères de la région. A leurs yeux, cela se fait hors de tout cadre légal et réglementaire de l’Etat, et serait au seul profit "du clan d’Idriss Déby", le président du pays.

La région du Tibesti est pauvre, faiblement peuplée et très peu développée. En France, on la découvre le 21 avril 1974, lorsque trois Européens sont enlevés par des rebelles. A leur tête, un certain Hissène Habré. L’affaire Claustre, du nom de l’archéologue française enlevée, durera trois ans, jusqu’à sa libération le 31 janvier 1977, grâce à l’entremise du colonel Kadhafi.

Hissène Habré prendra le pouvoir en 1982, renversant son frère d’arme de l'éthnieToubou, Goukouni Oueddei. C’est peu dire que la région du Tibesti est frondeuse. "Depuis l’indépendance du Tchad en 1960, l’Etat n’a jamais eu de véritable emprise sur ce territoire plus souvent contrôlé par des formations rebelles", explique l'International Crisis Group. Goukouni Oueddei, avec le soutien de la Libye, y mènera à son tour une guérilla qui s’achèvera en (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi